Calendrier des évènements

Merci à nos sponsors

SPORT ET RESPIRATION

 


La respiration : Explication

Nous effectuons plus de 25 920 respirations par jour, soit entre 16 et 18 par minute !

La respiration est permise par le diaphragme, un muscle situé sous les poumons qui s'abaisse lorsque les poumons se remplissent d'air et remonte lorsque ceux-ci se vident.

Un cycle respiratoire est composé d'une inspiration et d'une expiration. En inspirant, on apporte l'air dans nos poumons. L'air passe par la gorge, le larynx puis la trachée et il arrive dans les bronches, qui composent les poumons.

Ces bronches se ramifient, un peu comme les branches d'un arbre. Elles se terminent par les bronchioles, des bronches de plus petit calibre. C'est à ce niveau que se trouvent les alvéoles, le lieu des échanges gazeux.

L'air est riche en oxygène, gaz indispensable au fonctionnement de nos organes. Cet oxygène passe de l'air au sang dans l'alvéole. Mais celle-ci récupère aussi les déchets de gaz produits par les organes qui ont consommé l'oxygène. C'est le dioxyde de carbone, qui est expulsé du corps lors de l'expiration.

La respiration se fait le plus souvent de manière inconsciente. On s'en rend compte, lorsque l'on monte un escalier vite ou que l'on fait du sport. Car notre corps a besoin de beaucoup d'oxygène et les poumons doivent alors accélérer le rythme respiratoire pour le fournir. L'essoufflement apparaît quand ils n'y arrivent pas.

Un autre phénomène survient en cas d'effort inadapté. Le glucose fournit normalement de l'énergie aux muscles. Or, quand il n'y a pas assez d'oxygène lors d'effort trop intense, le glucose est transformé en acide lactique dans les cellules musculaires. Le muscle s'acidifie, il devient rigide et ses contractions sont altérées.

Sport et capacités respiratoires

L'entraînement physique permet d'améliorer ses capacités respiratoires. On apprend à diminuer sa fréquence respiratoire et à mieux la contrôler, à mieux la gérer. Mais certains sports d'endurance demandent un effort particulier. Et les sportifs doivent alors apprendre à gérer leur respiration.

Une équipe de chercheurs français, suisses et italiens a montré que l'efficacité des sportifs était liée à une plus grande fragilité des alvéoles. Les efforts respiratoires diminuent leur résistance. Et le risque d'affections pulmonaires, comme l'oedème ou l'asthme, est donc augmenté chez les grands sportifs.Cette équipe a reçu le prix La Recherche en novembre 2005.

Pour améliorer leur performance en matière de respiration, des sportifs utilisent certains produits dopants, comme l'EPO, qui permet un meilleur stockage de l'oxygène, ou encore la Ventoline, qui ouvre les bronches et augmente donc la capacité respiratoire. Attention, sans prescription médicale, l'utilisation de cette dernière chez les sportifs est interdite.

Il faut savoir que chez les personnes souffrant d'asthme, le sport est recommandé, en particulier pour les enfants.

Respiration et relaxation

La respiration est aussi à la base des techniques de relaxation. Des sports beaucoup moins violents, comme le yoga, font appel à des techniques de respiration plus douce. Grâce à elle, on apprend à maîtriser son stress et à rester zen !

Le principe fondamental est la respiration abdominale, expression imagée, puisque ce sont toujours les poumons qui assurent les échanges gazeux ! Au lieu de gonfler le thorax, c'est l'abdomen qui se gonfle pendant l'inspiration, et se dégonfle pendant l'expiration.

Ce type de respiration est très apaisant. Il permet de se concentrer sur son corps et d'oublier le monde extérieur. Mais il faut la faire régulièrement pour obtenir ces résultats ! 

Bonne lecture, jusqu'au prochain article !